Accédez aux indicateurs conjoncturels par thématique en cliquant sur les onglets suivants

Activités des entreprises Marché du travail Transport Filière vinicole


. .Flux domicile travail

Un déterminisme de la vie économique et commerciale


Chaque jour, les actifs ayant un emploi parcourent les kilomètres qui séparent leur domicile de leur lieu de travail. Ces navettes jouent un rôle déterminant dans l’organisation et l’aménagement du territoire. Elles conditionnent et dimensionnent les offres de transport.

Pour les ménages, c’est l’un des critères de choix du lieu d’habitation. Ils cherchent à obtenir le meilleur rapport entre la qualité de vie, le prix des loyers, le budget et le temps de transport pour se loger. Ces déplacements impactent également, l’efficacité et l’évolutivité des entreprises. C’est donc une part importante de l’attractivité du territoire qui est en jeu.

La régularité des flux domicile - lieu de travail permet d’agir plus facilement sur ce type de déplacement que sur ceux liés aux loisirs et aux achats. Leur localisation dans des lieux d’emploi souvent polarisés permet d’apporter des solutions collectives, tels que les Plans de Déplacements Inter-Entreprises (PDIE). Observer les déplacements entre le domicile et le lieu de travail des individus parait donc essentiel pour offrir un système d’offre de transport cohérent en termes d’aménagement, d’horaires et ainsi encourager le report modal (passage de la voiture vers un autre moyen de transport plus écologique).

Enfin, les déplacements dont le motif est le travail interviennent directement ou indirectement sur d’autres déplacements dits « secondaires », tels que les achats sur le chemin du retour, ou au moment de la pause déjeuner. L’optimisation des trajets, incite les individus à effectuer leurs achats sur leur parcours quotidien ou sur le lieu de travail. Dans ce cadre, la durée du déplacement entre domicile et travail influence fortement les autres déplacements de la journée. Autrement dit, plus le temps de trajet est court, plus l’actif en profite pour effectuer d’autres déplacements. A l’inverse, les inactifs profiteront d’autres moments dans la journée, en dehors des heures de pointe pour effectuer leurs achats. Les déplacements domicile-travail ont donc un impact sur l’économie et le commerce (localisation et fréquentation) d’un territoire.

Affichez la carte des flux domicile-travail de l'ensemble Avignon / Vedène / Sorgues / Le Pontet

Cliquez sur la commune de votre choix pour faire apparaitre la carte des flux domicile-travail
















. .Utilisation de la voiture particulière

Taux de motorisation des ménages en 2012

Taux de motorisation : Le taux de motorisation se mesure par le pourcentage des ménages disposant d’une voiture au moins. Le taux de motorisation est lié au revenu, à l’âge, à la catégorie socioprofessionnelle, aux zones d’habitation et au nombre de personnes par ménage (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles).

Le taux de motorisation le plus important en PACA est celui du Vaucluse (1,30), juste devant le Var (1,28). Pourtant, il ne s’agit pas du département le plus rural de la région. Le maillage des transports en commun en zone urbaine étant plus fournis, le taux de motorisation doit donc logiquement être moins important dans les territoires urbains. Mais, comme nous l’avons évoqué précédemment, le lieu d’habitation n’est pas le seul déterminant du taux de motorisation des ménages.






Entre 2012 et 2014, on observe une baisse progressive du nombre d’immatriculations. Cette inflexion semble aussi bien concerner les départements, que la région. Cette tendance se produit pour la cinquième année consécutive en Provence-Alpes-Côte d’Azur (-0,1% en 2014 selon l’Insee*).





. .Marchandises transportées par la route en 2014 en PACA

Marchandises transportées par la route en 2014 en PACA

La région PACA échange davantage en interne (92,6 millions de tonnes) qu’avec les autres régions françaises (32,1 millions de tonnes). Les échanges internes sont constitués pour plus la moitié (54%) par des flux de minerais métalliques et de minéraux. En externe, ce sont surtout des marchandises groupées qui transitent.
Grâce au transport de matériaux de construction, le marché interne a progressé en 2014 (+4,9% en tonne-kilomètre), après deux années de contraction. En revanche, les échanges entre PACA et les autres régions métropolitaines ont diminués en entrée (-2,5% de t-km) et en sortie (-5%). (*Insee, Conjoncture Provence-Alpes-Côte d’Azur n°5 – mai 2015).

Globalement, le transport routier de marchandises généré par la région est en difficulté depuis six ans (-1,3% de t-km entre 2013 et 2014 selon l’Insee*).
Concernant les flux inter-régionaux pour les modes routier et fluvial, les flux sortants sont plus importants que ceux entrants (solde global : +634 millions de tonnes) notamment avec les régions voisines de PACA. Nous pouvons supposer que ce solde positif est induit par l’activité du port de Marseille-Fos et par le couloir Rhodanien. Cet axe est l’une des principales portes d’entrée de la Méditerranée vers l’Est de la France et l’Europe.








. .Transport collectif

Activité TER en PACA

L’ensemble des lignes qui impliquent des villes de Vaucluse connaissent une augmentation de leurs nombres de voyages à l’exception de la ligne « Avignon – Bollène la Croisière ». On note sur cette période l’apparition de la ligne Avignon Centre - Avignon TGV et la réouverture de la ligne Avignon-Carpentras le 25 avril 2015 (période postérieure aux données affichées ici).



Activité LER en PACA

Concernant les lignes desservant des villes vauclusiennes, seule la ligne « Arles – Tarascon – Avignon » connaît une diminution de son nombre de voyageurs. Pour les autres lignes, on observe plutôt une progression de la fréquentation entre 2013 et 2014.
Globalement, à l’échelle nationale le transport ferré de passagers connaît une progression depuis 1995. Pour autant, le nombre de voyageurs tend à se stabiliser, voire à diminuer depuis 2011 (selon le ministère de l’Ecologie, du Développement durale et de l’Energie*). En parallèle, le transport en voiture particulière se stabilise depuis le début des années 2000.



. .Entreprises et salariés des transports

Créations, établissements et salariés des transports

En termes de création d’entreprises et d’établissements, le Vaucluse se place derrière les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes. Notons que ce chiffre est fortement impacté par des activités de taxi moins développées, des voies aériennes largement tournées vers la clientèle d’affaire, et l’absence (logique) d’établissements de transport de passagers par voie maritime. Les voies fluviale et aérienne constituent un potentiel de développement pour le département.

En France, en 2013 la production marchande du secteur « transport-entreposage » représente environ 5% de la production nationale des services principalement marchands. Les entreprises de transport de voyageurs représentent 27% de la production marchande, les entreprises de transport de marchandises 36% et les autres services de transport (stockage, entreposage, poste…) 37%. Sa croissance (14,5% depuis 2000) est équivalente à celle de l’ensemble de des branches marchandes (16%), mais deux fois moindre que pour l’ensemble des services principalement marchands (+28%). (*Chiffres clés du transport, Edition 2015, Commissariat général au développement durable SOeS)

Hormis dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes, les transports routiers de fret et par conduites possèdent le plus de salariés. Entre 2013-2014 ce secteur connaît un léger ralentissement (-0,1%). Sur cette période l’emploi salarié progresse uniquement dans les transports par eau, les transports de voyageurs par taxi et les autres transports terrestres de voyageurs. Les autres sous-secteurs stagnent ou connaissent un tassement de leurs effectifs salariés.

« En 2013, le secteur des transports emploie 1,34 million de personnes, dont 465 milliers dans le transport de voyageurs et près de 360 milliers dans le transport de marchandises. L’emploi dans le secteur des transports (hors activité de poste et courrier et hors intérim) est quasi stable depuis 2008 (-0,1%). Dans les grandes entreprises anciennement publiques, l’emploi est sur une tendance à la baisse : depuis le début des années 2000 pour la SNCF et depuis 2008 seulement pour Air France et la RATP. » (*Chiffres clés du transport, Edition 2015, Commissariat général au développement durable SOeS)

Pour autant, toujours à l’échelle nationale, on note un accroissement du recours à l’intérim dans le secteur du transport et entreposage. Avec 59 300 intérimaires en 2013, l’utilisation de ce type de contrat a augmenté de 36% par rapport à la fin 2000. Cette évolution peut être liée à la conjoncture et au besoin de faire face aux à-coups de l’activité.







Activités des entreprises Marché du travail Transport Filière vinicole